Informez-vous

Votre source d’information par excellence sur les dernières tendances touchant la justice de genre et les droits des femmes dans le monde

5 foyers de résistance en 2018

Valérie Bah

Gabby De Cicco

Isabel Marler

Inna Michaeli

Nul ne le nie, 2018 a été une année difficile pour les droits humains.

Une recrudescence de partis politiques populistes fascistes et de droite menacent des droits durement acquis au Brésil, aux États-Unis et dans de nombreux autres pays du monde.

Ces tendances politiques présentent (à tort) les modèles fascistes, néolibéraux et autres modèles oppressifs comme étant inévitables. Certains en ont parlé comme étant le résultat d’une fatigue politique ou « d’usure de compassion », d’un glissement vers un avenir sombre et dystopique.

Malgré cela, certains individus et mouvements sociaux ont osé désobéir aux normes en vigueur et en créer de nouvelles pour leurs communautés.

En 2018, nous voulons honorer quelques-unes parmi les actions collectives et les victoires de mouvements qui ont permis de changer leur situation et qui nous ont inspiré pour changer le monde. Ces actions démontrent que les récits féministes ne sont pas une utopie, mais bien une réalité.


L'Irlande abolit l'interdiction de l'avortement

En mai, l’Irlande a fait un grand pas en avant pour se débarrasser du contrôle de l’Église catholique sur les droits reproductifs. Le pays a voté par référendum l'abrogation du huitième amendement de la Constitution qui confère un droit égal à la vie au fœtus et à la personne qui le porte. À l'heure actuelle, l'avortement n'est autorisé que lorsque la vie d'une femme est en danger, mais pas en cas de viol, d'inceste ou de complications fœtales mortelles.

Le résultat du référendum est très clair: 66,4% ont voté « oui » pour la levée de l’interdiction, contre les 33,6% ayant voté « non ». A l’heure de la rédaction de cet article, les sénateurs-trices débattent des détails du « projet de loi sur la réglementation de l'interruption de grossesse». Le gouvernement irlandais espère qu’il sera approuvé avant Noël, ce qui permettra de légaliser les services d'avortement dès le 1er janvier prochain.

Mise à jour : le 14 décembre, le Parlement a approuvé le projet de loi, ce qui signifie que l’avortement va devenir légal en Irelande.


Felogene Anumo, Coordinatrice du programme « Construction d'économies féministes » de l'AWID, à l'ONU, en 2018

Les normes féministes gagnent du terrain à l'ONU

Cette année, les féministes se sont également battues et ont remporté d'importantes victoires au sein du système des Nations Unies. En juillet dernier, les féministes ont réussi à faire adopter un langage révolutionnaire en matière de discrimination structurelle, de droits sexuels et des obligations des États dans un certain nombre de résolutions. En outre, plusieurs pays ont adopté une résolution historique sur la mortalité et la morbidité maternelles au mois de septembre.

Des expert-e-s de l’ONU ont également intensifié leurs efforts pour dénoncer les démarches hostiles à l’encontre des droits des femmes causées par les fondamentalismes et le nationalisme. Pour donner un exemple, le Groupe de travail sur la discrimination à l'égard des femmes et le Rapporteur spécial dans le domaine des droits culturels se sont exprimés sur cette question et un groupe d'experts s'est réuni pour exprimer son soutien aux femmes défenseuses des droits humains.

Lors des négociations d’octobre concernant un traité juridiquement contraignant pour les sociétés transnationales en matière de droits humains, les droits des femmes ont finalement été mis à l’ordre du jour. Le traité reconnait les conséquences spécifiques selon le genre des violations commises par les entreprises.

Plus de 350 groupes féministes et allié-e-s de la société civile ont souscrit à la déclaration féministe en faveur d'un traité contraignant (et il n'est pas encore trop tard pour y adhérer!)

Le 19 octobre, les législateurs uruguayens ont adopté un « Loi générale pour les personnes trans »

L'Uruguay a adopté l'un des projets de loi les plus progressistes en matière de droits accordés aux personnes trans

Le 19 octobre, les législateurs uruguayens ont adopté un « Loi générale pour les personnes trans » (Ley Integral para Personas Trans). Le projet de loi propose la mise en place de politiques publiques spécifiques visant à réduire la discrimination permanente et systémique à laquelle les personnes transgenres sont confrontées dans leur vie quotidienne. Les mesures visent à intégrer les personnes trans dans tous les domaines d’où elles ont été historiquement exclues: santé, éducation, travail, culture, économie, etc.

Certaines de ces mesures sont les suivantes: droit de subir une intervention chirurgicale de mise en conformité avec leur genre, que l'État uruguayen remboursera en plus des traitements hormonaux. Et en ce qui concerne le travail : 1% des emplois de la fonction publique seront occupés par des personnes transgenres qui remplissent les conditions pour y accéder. De plus, 2% des bourses octroyées seront réservées aux personnes trans.


La résistance féministe au G20 en Argentine

Mobilisation féministe contre le G20 à Buenos Aires, en Argentine, 2018

La mobilisation féministe contre le G20 à Buenos Aires, en Argentine, a été un puissant moment de résistance face aux programmes néolibéraux destructeurs promus par les gouvernements les plus riches du monde, les institutions financières internationales et les sociétés transnationales. Durant la « Escuela de Economía Feminista » (l’école d’économie féministe), des participantes du monde entier se sont réunies pour rassembler leurs connaissances en la matière, dans l’intérêt de la justice sociale et de genre. Lors de tribunaux populaires organisés lors du Forum, des femmes autochtones, noires et immigrées ont rendu publics des témoignages sur les crimes patriarcaux et racistes commis de manière systématique par les États et les institutions financières.

À une époque où l’autonomisation des femmes est cooptée par les agendas capitalistes et corporatifs, nous avons assisté à une manifestation du féminisme fondée sur des luttes populaires contre le patriarcat, la suprématie blanche et le néo-colonialisme. Nous avons assisté à une construction de la réalité féministe consistant à enseigner et à apprendre, à chercher la justice et à être reconnue, à écouter et à pratiquer la solidarité, et bien sûr à chanter, danser et descendre dans la rue.

 

Category
Analyses
Region
Global
Source
AWID